Post-doctorat_MDP Amerique latine

  • Aide
  • Recherche
  • Facebook
  • Twitter
Centre d'Analyse Théorique et de Traitement des données économiques (CATT)

Contacts

Directeurs

Carole Haritchabalet (carole.haritchabalet @ univ-pau.fr)

Fabien Candau (fabien.candau @ univ-pau.fr)

 

Secrétariat

Marlène Cuyalaa (catt @ univ-pau.fr)

Célia Guenebeaud (catt @ univ-pau.fr)

Tél : 33 (0)5 59 40 80 61 / 80 62

 

Ingénieur de recherche

Anne Perrin (anne.perrin @ univ-pau.fr)

Tél : 33 (0)5 59 40 80 63

 

Documentation

Marie-Hélène Henry (marie-helene.henry @ univ-pau.fr)

Tél : 33 (0)5 59 40 80 60

PDF
Vous êtes ici :

Le mécanisme de développement propre (MDP) peut-il remplir conjointement son objectif environnemental et de développement ? Le cas de l'Amérique latinePost-Doctorat

Equipe :

  • Jean-Marc MONTAUD (responsable projet)
  • Nicolas PECASTAING

Projet :

Le protocole de Kyoto a débuté en 2005. Son objectif est de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) de 5,2% au niveau mondial par rapport à 1990. La prochaine conférence sur le changement climatique et sur l'avenir du protocole se tiendra fin 2011 en Afrique du Sud.

Afin de réduire les GES et de diminuer les coûts de réduction des émissions des entreprises, différents mécanismes de "flexibilité" ont été imaginés :

- Acheter des permis d'émission sur le marché carbone (prix de la tonne carbone autour de 13$)

- Développer des projets dans les pays du Sud, afin d'obtenir en échange des crédits "carbone" (Mécanisme de développement propre, MDP).

Le but du mécanisme de développement propre est d'encourager les investissements dans les pays en développement afin de favoriser le transfert de technologies respectueuses de l'environnement et de promouvoir ainsi le développement durable.

Les MDP s'appliquent à plusieurs types de projets dans les énergies renouvelables, dans l'amélioration de l'efficacité énergétique ou dans le secteur forestier. Des autorités de régulation "veillent" aux réductions d'émissions effectives ce qui nécessite un dispositif administratif important. Les réductions des émissions ainsi réalisées seront attribuées aux investisseurs.

Ce mécanisme permet d'intégrer les pays en développement à l'effort global de lutte contre l'effet de serre, en vue d'une intégration totale après 2012. Grâce aux MDP, les pays de l'Annexe 1 peuvent investir à l'extérieur de leurs frontières, à moindre coût, en recevant des "unités de réduction certifiée des émissions " (URCE).

En janvier 2011, 2700 projets avaient déjà été enregistrés (2100 projets en Asie, 500 en Amérique latine et Caraïbes et seulement 50 en Afrique). L'Amérique du Sud possède un important potentiel de réduction dans le domaine énergétique (secteur hydraulique ou biomasse) et forestier (partie amazonienne).

Malgré la forte croissance que connaît ce nouveau marché, les projets MDP suscitent encore des interrogations que ce projet de recherche propose d'analyser :

Les MDP sont-ils efficaces dans leur réponse environnementale ?

  • Efficacité environnementale souvent remise en cause ("Additionnalité" des projets / neutralité environnementale) : la réduction des GES est-elle réelle ?
  • Contrôle des émissions complexe
  • Prix du carbone (limites théoriques et méthodologiques de l'évaluation monétaire)

Les MDP sont-ils pertinents dans leur réponse à la problématique du développement ?

  • Faiblesse des transferts technologiques nécessaires au développement des PED
  • Risque de détournement de l'"Aide publique au développement" vers les MDP
  • Déséquilibre géographique des MDP (peu de projets sur certains continents)

Commanditaire :

 Pau Béarn Pyrénées Communauté d'Agglomération

Durée :

12 mois