Adaptation/réaction des acteurs_ zones littorales menacées

  • Aide
  • Recherche
  • Facebook
  • Twitter
Centre d'Analyse Théorique et de Traitement des données économiques (CATT)

Contacts

Directeurs

Carole Haritchabalet (carole.haritchabalet @ univ-pau.fr)

Fabien Candau (fabien.candau @ univ-pau.fr)

 

Secrétariat

Marlène Cuyalaa (catt @ univ-pau.fr)

Célia Guenebeaud (catt @ univ-pau.fr)

Tél : 33 (0)5 59 40 80 61 / 80 62

 

Ingénieur de recherche

Anne Perrin (anne.perrin @ univ-pau.fr)

Tél : 33 (0)5 59 40 80 63

 

Documentation

Marie-Hélène Henry (marie-helene.henry @ univ-pau.fr)

Tél : 33 (0)5 59 40 80 60

PDF
Vous êtes ici :

Adaptation/réaction des acteurs dans les zones littorales menacées

Equipe :

  • Responsables du projet : Isabelle CHORT (CATT), Sandrine CUEILLE (CREG-ECM), Philippe ZAVOLI (PDP)
  • Chercheurs : Fabien CANDAU (CATT), Jean DESMAZES (CEREGE, Univ. La Rochelle), Marc GUSTAVE (CEREGE, Univ. La Rochelle), Gilles RECASENS (CREG-ECM)

Projet :

Saturation démographique et montée des eaux liée au réchauffement climatique sont deux facteurs qui menacent le développement durable des zones littorales ou plus largement des zones inondables.

Ce projet de recherche s’attachera notamment à étudier deux types de scénarios : d’une part, une adaptation progressive aux évolutions prévisibles par la coordination des parties-prenantes concernées ; d’autre part, un défaut d’information, de coordination, de moyens et d’anticipation des différents acteurs susceptible de créer des inégalités socio-économiques ou de les aggraver, et d’engendrer des mouvements migratoires des zones concernées vers des zones non menacées.

Le premier cas de figure sera analysé avec comme objet de recherche la ville littorale développée. Celle-ci fait simultanément face à des défis environnementaux (maîtrise du trait de côte face à la montée du niveau de la mer, prévention des risques de submersion marine, préservation de la qualité des eaux de baignade, de leurs écosystèmes et de leurs ressources halieutiques), économiques (recherche d’une croissance « bleue », maîtrise de l’impact économique des bouleversements climatiques sur les populations) et sociétaux (mixité sociale dans l’occupation des espaces et mixité des activités et des usages du littoral). Deux aspects seront particulièrement analysés :

- La gouvernance partenariale des réseaux à mettre en place entre structures associatives, élus locaux, chercheurs et scientifiques, experts et techniciens, entreprises privées, afin que ceux-ci atteignent les objectifs pour lesquels ils se constituent. Les questions de la répartition et de l’équilibre des pouvoirs entre partenaires, des dispositifs de contrôle et d’incitation à imaginer, méritent d’être explorées avec attention tant les difficultés soulevées sont ici à la fois complexes et cruciales pour le succès des partenariats.

- La stratégie qui doit traduire et porter les transformations voulues de la ville littorale durable. Les travaux et les réalisations relevant de la « croissance bleue », des clusters et des écosystèmes entrepreneuriaux mériteront ici d’être considérés avec attention pour en apprécier la portée et les limites. En outre, devra être analysée la manière dont les collectivités locales s’approprient les outils de planification urbaine propres au littoral.

Le deuxième cas de figure sera analysé avec comme objet de recherche la vulnérabilité de l’agglomération urbaine et péri-urbaine littorale dans les pays en développement. L’agglomération de Dakar sera prise comme cas d’étude. Aux défis environnementaux liés à la montée du niveau des eaux auxquels doit faire face toute ville littorale, s’ajoutent dans le cas de l’agglomération dakaroise, des défis propres aux pays en développement liés à la forte croissance urbaine, au développement insuffisant des infrastructures (systèmes de drainage, services d’assainissement). Les inondations sévères et récurrentes qui frappent l’agglomération dakaroise préfigurent les menaces futures liées à la montée du niveau des eaux et à la perturbation des régimes de précipitations. Les données d’une enquête ménage longitudinale, représentative au niveau national menée en deux vagues, en 2006 et 2011, seront mobilisées afin d’évaluer l’impact des inondations de 2009 sur la vulnérabilité des ménages, les inégalités inter- et intra-ménage, et la mobilité résidentielle. Les données ménage géolocalisées seront appariées avec des données satellites permettant d’identifier les périmètres inondés, et des données institutionnelles recensant les différentes infrastructures.

Commanditaire :

UPPA

Durée :

12 mois